jeudi 20 mars 2014

L’Ukraine introduira un régime des visas avec la Russie

L’Ukraine introduira un régime des visas avec la Russie, conséquence de l’agression russe.

Ceci a été annoncé par Andriy Paroubiy, chef du Conseil National de Défense et de Sécurité de l’Ukraine.

« La tâche d’introduire un régime des visas avec la Fédération de Russie a été confiée au ministère des Affaires Etrangères de l’Ukraine. » – a déclaré M. Parubiy durant un briefing.

Source : Info-News

mardi 11 mars 2014

Le SBU a arrêté un saboteur russe

Le Service de sécurité d’Ukraine (SBU) a empêché un sabotage visé contre les citoyens Ukrainiens dans la région de Donetsk (Ukraine) et a arrêté un citoyen (37 ans) de la Fédération de Russie, qui était responsable de la création des groupes subversifs armés afin de déstabiliser la situation en Ukraine. Cette information a été annoncée lors d’un briefing par Valentyn Nalyvaytchenko, chef du SBU.

« Le détenu est dangereux parce qu’il n’était pas un criminel ordinaire, mais un saboteur bien formé et professionnel. Et cette personne marchait sur le sol de la région de Donetsk avec des explosifs et a créé des groupes de sabotage afin d’organiser des explosions dans les lieux publics très fréquentés. » – a déclaré M. Nalyvaytchenko.

« Ce groupe est un travail des services de renseignement étrangers dans sa pire forme – le sabotage. » – a-t-il ajouté.

Selon le Service de sécurité d’Ukraine, l’individu arrêté a organisé les activités de nombreux groupes extrémistes, et leur à fourni des armes et des explosifs. Il possède une expérience de service dans les points chauds dans la Fédération de Russie (Daguestan, Ossétie, etc.). La nuit dernière il a été arrêté par les agents du SBU en collaboration avec la police. Dans ses affaires personnelles, des composants pour la fabrication des engins explosifs on été retrouvés, y compris des détonateurs et des substances ressemblant à des explosifs plastiques. Le Service de sécurité d’Ukraine a lancé une procédure pénale en vertu de l’Article 263, Partie 1 du Code pénal de l’Ukraine (La manipulation illicite d’armes, de munitions ou d’explosifs).

Source : Info-News

lundi 10 mars 2014

L’entrée en Ukraine a été refusée à 342 Russes lors des dernières 24 heures

Dans le cadre de l’opération conjointe « Frontière », impliquant le Service des gardes-frontières, le Ministère de l’Intérieur et le Service de sécurité de l’Ukraine, 342 citoyens russes se sont vu refuser l’entrée en Ukraine. Ces Russes pourraient participer aux événements visant à la déstabilisation de la situation en Ukraine. Depuis l’invasion russe, plus de de 3,500 citoyens russes, dont 16 journalistes, n’ont pas été autorisés à entrer l’Ukraine.

« [Ces Russes] transportaient des symboles à caractère provocateur et des outils qui peuvent être utilisés pour blesser le corps. » – a déclaré le Service de presse du Service d’Etat des gardes frontières d’Ukraine.

Pour les dernières 24 heures l’aviation de patrouille du Service des gardes-frontières d’Ukraine a examiné 180 km de frontière ukraino-russe et 200 km de frontière ukraino-moldave.

Les unités des départements d’Azov et de mer Noire (basés en Crimée) continuent de protéger la frontière de l’Etat. « Les représentants du Service des gardes frontière d’Ukraine utilisent toute la gamme des moyens disponibles dans une situation très dynamique et tendue. Pour le moment, la moitié des postes d’observation technique ne fonctionnent pas en raison des actions de prétendue « autodéfense » (les troupes russes sans insigne). » – dit le Service de presse du Service d’Etat des gardes-frontières d’Ukraine.

Source : Info-News

dimanche 9 mars 2014

Les occupants russes ont posé des mines et lancé un ultimatum

Conformément au nouvel ultimatum, les soldats ukrainiens à Eupatoria (Crimée, Ukraine) doivent rendre leurs armes avant 20h00 (temps de Kyiv).

Selon Dmytro Tymtchouk, directeur du Centre d’études militaires et politiques, les occupants russes en Crimée continuent de poser des mines dans les alentours du village de Tchonhar.

« Ce matin la pose de mines à côté du village de Roumchyno a été révélé. » – a-t-il dit.

Il a ajouté qu’aujourd’hui, vers 10h00, les représentants les forces d’auto-défense de Crimée (voir les troupes russes) ont lancé l’ultimatum au Commandement du régiment de défense aérienne basée à Eupatoria.

« Le personnel de notre unité militaire a reçu un ultimatum, mais nous ne prévoyons pas de rendre les armes et nous tiendrons jusqu’au bout. L’ultimatum expire à 20h00, après cette heure, l’ennemi menace d’utiliser la force. » – a-t-il déclaré.

Conformement à cet ultimatum, si les troupes ukrainiennes ne rendent pas les armes avant 20h00, il y aura une tentative d’assault de leur base. Les journalistes ne doivent pas approcher les alentours de la base militaire à une distance de moins de 100 mètres, sinon les gens armés qui ont lancé cet ultimatum, « n’assumerons pas la responsabilité des éventuelles conséquences. »

Selon Tymchouk, les occupants fournirons la confirmation écrite de leur ultimatum avant 17h00.

Source : Info-News

vendredi 7 mars 2014

Viktor Ianoukovytch est-il mort ?

Viktor Ianoukovytch
Viktor Ianoukovytch a été vu pour la dernière fois le 28 février 2014, lors d'une conférence de presse à Rostov-sur-le-Don (Russie), quelques jours après avoir fui l'Ukraine.

Selon certaines sources non-officielles, il  aurait été hospitalisé pour un infarctus et son état de santé serait évalué comme « difficile ».

Plus tôt, l'agence de nouvelles ukrainiennes UNIAN a signalé que, selon une source au sein des services secrets, M. Ianoukovytch n'est plus parmi les vivants.

Personnellement, je ne sais pas s'il faut y croire ou pas, mais une chose est étrange, cela fait une semaine que nous n'avons plus de nouvelles de l'ex-président de l'Ukraine. Cependant, lors de sa dernière conférence de presse, il a annoncé qu'il se considérait comme le président légitime de l'Ukraine et qu'il allait revenir pour rétablir la justice.

En même temps, Poutine ne peut pas le laisser se faire interpeller et mettre en examen, car il peut révéler une ingérence directe de Poutine dans le massacre de l'Euromaïdan. Peut-être, en effet, n'est-il plus parmi nous.

Source: Info-News

dimanche 2 mars 2014

John Kerry : « Toutes les options sont sur la table » pour tenir la Russie pour responsable en Ukraine

Le secrétaire d’État des Etats-Unis a déclaré que « toutes les options sont sur la table », s'agissant des mesures que les Etats-Unis sont prêts à prendre pour tenir la Russie pour responsable pour ses mouvements militaires en Ukraine, y compris des sanctions économiques et des mesures militaires potentielles.

Dans une interview avec George Stephanopoulos de la chaîne ABC, M. Kerry a déclaré que l'arrivée des troupes russes en Crimée (région d'Ukraine) était « un acte militaire d'agression » et que les Etats-Unis agiraient rapidement pour imposer des sanctions si le président russe Vladimir Poutine ne retirait pas ses troupes.

Tandis que la force militaire est parmi les options que le président Barack Obama considère, Kerry a dit que les Etats-Unis et ses alliés espèrent éviter une telle action.

« L'espoir des Etats-Unis et du monde entier est de ne pas voir cela dégénérer en une confrontation militaire. » - a-t-il déclaré.

A court terme, les sanctions économiques sur les entreprises et les individus sont les plus probables – Kerry a dit à Stephanopoulos, que les Etats-Unis sont « absolument » prêts à imposer de telles sanctions, et que le Congrès devrait travailler sur de telles sanctions, accompagnées d'un ensemble d'aides économiques pour l'Ukraine.

« Nous demandons immédiatement au Congrès, dans la mesure où ils sont prêts à être utiles, qu'ils préparent immédiatement avec nous un ensemble d'aides économiques afin de porter secours à l'Ukraine. » - il a dit.

Comme lui et la Maison Blanche ont averti au cours des deux derniers jours, Kerry a également déclaré qu'il y a une « possibilité distincte » que les Etats-Unis boycottent le sommet du G8, qui aura lieu en juin à Sotchi (Russie) – le site des Jeux Olympiques – et encourager d'autres pays-membres du G8 à faire de même.

M. Kerry a dit que l'invasion russe en Crimée aura un effet sur sa position parmi le reste des grandes économies du monde.

« C'est un acte du 19ème siècle au 21ème siècle et cela met vraiment en question la capacité russe à être au sein du G8. »

Source : ABC News

jeudi 27 février 2014

Des inconnus ont pris le bâtiment du parlement de Crimée

Un homme, qui faisait parti d'un groupe d'inconnus, qui ont pris ce matin le bâtiment du parlement de Crimée à Simferopol, a l'air d'être un soldat russe déguisé en civil. Et voilà pourquoi, juste comparez ces 3 images.

Un des « inconnus » à Simferopol
Nouveau casque des soldats russes
Nouvelles chaussures des soldats russes
Maintenant faites attention, le casque et les chaussures semblent être pareils...

La Russie nie toujours son engagement dans la crise en Ukraine. De l'autre côté, si cet « inconnu » n'est pas un soldat russe déguisé en civil, alors la Russie est la plus grande démocratie du monde...

Source : Lenta-ua

mercredi 26 février 2014

Au moins 5000 personnes se sont rassemblées pour une manif pro-Ukraine en Crimée

Aujourd’hui, de 5000 à 10000 personnes se sont rassemblées à côté du Parlement de Crimée à Simferopol (Crimée, Ukraine) pour soutenir l’intégrité territoriale de l’Ukraine et pour dire « NON » au séparatisme en Ukraine.

La majorité des manifestants sont les Tatares de Crimée, mais d’autres nationalités qui habitent en Crimée sont aussi sur place. Ils ont ramené des drapeaux ukrainiens, drapeaux de Tatares de Crimée aussi bien que des drapeaux de l’ « UPA ».

Le peuple scande « Criminels, dégagez  », « La Crimée c’est l’Ukraine », « Allah Akbar », « Gloire à l’Ukraine », « Gloire aux Héros » et « Non au séparatisme ».

Quelque 300 activistes pro-russes se sont aussi rassemblé là-bas pour soutenir le séparatisme. La police sépare la masse de partisans pro-Ukraine de quelques militants pro-Russie.

La situation est assez tendue alors que le Parlement de Crimée décide d’adopter ou pas certaines décisions, qui pourraient « apporter l’instabilité en Crimée ».

Source : Radio Liberty

lundi 24 février 2014

La Guerre froide 2.0 est-elle imminente ?

Les événements récents en Europe (le succès diplomatique russe en Syrie, le sabotage succès de l’Association EU-Ukraine, l’augmentation des dépenses militaires en Russie etc.) et Eurasie donnent la preuve que la détérioration du climat paisible en Europe peut être conduite par un pays eurasien  - la Russie.

Le système bipolaire des relations internationales arrive à sa fin. Le monde est dans une phase multipolaire qui est caractérisée par la présence de centres régionaux. Les Etats-Unis avec le Canada et le Mexique forment l’ALENA. En Europe il y a l’Union européenne, composée de 28 Etats sur environ 40 pays européens. La Russie travaille également sur la création de son propre centre de pouvoir, appelé l’Union eurasienne qui se compose de la Russie elle-même, du Belarus et du Kazakhstan. La phase actuelle de cette Union est l’Union douanière. Dans le futur proche nous observerons l’Arménie et éventuellement le Kirghizstan rejoindre cette Union.

La Russie a commencé à rouler des muscles lors du mandat de Poutine. Dans les années 2000-2010 la Russie a mené de nombreuses actions qui varient de menaces à différents pays, d’embargos et de guerres commerciales à l’intervention militaire russe en Géorgie en août 2008.

Dans les années 2010-2013, la Russie se revendique elle-même centre régional de puissance. L’acte le plus important de la résurgence de la Russie est la création de l’Union douanière. La Russie a également été engagée activement dans la crise syrienne et a montré que ses efforts diplomatiques peuvent influencer un poids-lourd comme les Etats-Unis et ses alliés. En 2013, la Russie a saboté la signature de l’Accord d’Association et l’Accord de libre-échange entre l’UE et l’Ukraine en utilisant ses moyens préférés : les guerres commerciales et les menaces contre l’Ukraine.

Entre-temps, l’Union européenne n’a pas été capable de réagir de manière appropriée pour lutter contre l’interférence de la Russie dans l’accord entre l’UE et l’Ukraine. L’UE n’a pas été prête, ou ne voulait pas être prête, de proposer à l’Ukraine une sorte de « Plan Marshall » offrant une aide financière pour aider l’Ukraine à faire face aux pertes financières (valant à peu près €4.5 milliards pour quelques mois) causées par la Russie. La politique étrangère de l’UE en Europe de l’Est ressemble à une politique « d’apaisement » largement utilisée par la France et le Royaume-Uni dans les années 1930 afin d’éviter une menace de conflit.

Il est temps pour répondre à la question principale : Est-ce que la Guerre froide 2.0 peut être repérée à l’horizon ?

La Russie compte dépenser environ $650 milliards pour la modernisation de son armée d’ici 2020. Une telle augmentation du budget de la défense enverra la Russie à la 2e place dans le monde pour les dépenses militaires. L’Union eurasienne dirigée par la Russie doit être mise en place en 2015, en créant d’une telle manière, ensemble avec l’OTSC, un contrepoids à l’UE et l’OTAN.

Le rôle de l’Ukraine dans la résurgence de la Russie et, par conséquent, la possible nouvelle Guerre froide est immense, cependant souvent sous-estimé à Washington et à Bruxelles. L’Ukraine, si elle joint l’Union douanière russe et plus tard l’Union eurasienne, peut apporter un coup de pouce aux ambitions russes.

Tout d’abord, avec sa population instruite de 45 mln, l’Ukraine pourrait participer au développement de la Russie. Deuxièmement, l’Ukraine dispose d’un énorme complexe militaro-industriel et est capable de produire des armements de qualité et même des avions et des fusées toute seule. Il est facile d’imaginer, si son potentiel est combiné avec celui de la Russie, qu’elle produira des produits encore meilleurs orientés pour la guerre. Troisièmement, l’Ukraine toute seule avec son sol fertile peut assurer la sécurité complète alimentaire de la Russie. Cette liste est loin d’être complète.

Les 5-6 prochaines années, la situation est plus susceptible de se détériorer progressivement si l’UE ne parvient pas à engager l’Ukraine par l’Accord d’Association avec l’adhésion complète conséquente dans l’Union européenne. Pour l’instant, l’Union européenne a montré son incapacité à penser stratégiquement. En outre, tous les pays de l’UE ne comprennent pas l’importance de l’Ukraine afin d’éviter la Guerre froide 2.0.

L’UE a le choix de céder l’Ukraine à la Russie par l’auto-retrait de la responsabilité et de l’allocation des ressources afin d’aider l’Ukraine à rejoindre l’UE. Ce choix est assez facile et ne nécessite aucune ressource de la part de l’UE à court terme. Toutefois, en choisissant cette option, l’UE risque d’avoir plus de problèmes avec une Russie plus forte (Union eurasienne) à moyen et long terme.

Une autre option est de faire des efforts importants en utilisant toutes les mesures possibles afin d’ancrer l’Ukraine dans l’Union européenne. A court terme, cette option exigera des efforts diplomatiques significatifs et des ressources financières, mais à moyen et long terme la possibilité d’une nouvelle Guerre froide sera diminuée car la Russie ne sera pas capable de devenir un centre de puissance suffisamment fort pour contrer les Etats-Unis et l’UE.

Source : Info-News

jeudi 20 février 2014

Plus de 60 tués lors des assauts de la police aujourd'hui à Kyiv

Aujourd’hui, le régime de Ianoukovytch a violé le cessez-le-feu d’hier, et la police a attaqué les manifestants avec des armes à feu, dont des fusils snipers. Au moins 60 personnes ont été tuées depuis ce matin.

Le ministre de l’Intérieur, Vitaliy Zakharchenko a déclaré que la police ferait usage d’armes contre les manifestants, les étiquetant “d’extrémistes”.

Durant l’assaut, les manifestants ont réussi à arracher un chevron d’un uniforme. Ce chevron représente le ministère de l’Intérieur russe. Si de nouvelles preuves sont apportées, la participation directe de la Russie aux massacres à Kyiv sera établie.

De plus, le ministre russe des Affaires Etrangères a déclaré que la Russie ferait usage de toute son influence pour rétablir “la paix et la tranquillité” en Ukraine. Il apparaît que la Russie est activement liée à la déstabilisation de la situation en Ukraine depuis le début des agitations.

La rencontre entre le président Ianoukovytch et certains ministres des Affaires Etrangères de l’UE vient de prendre fin à Kyiv. Il n’y a aucune information sur le résultat de cette réunion.